• Enviro-accs
  • Enviro-accs
  • Enviro-accs
  • Enviro-accs
  • Enviro-accs
  • Enviro-accs
  • Enviro-accs
  • Enviro-accs
  • Enviro-accs
  • Enviro-accs
  • Enviro-accs
  • Enviro-accs

Dépoussiéreur à haute température (Clinox®) – Biothermica Technologies Inc.

Description de la technologie
Le dépoussiéreur Clinox permet de filtrer des effluents gazeux à haute température contenant des particules incandescentes. Cette technologie est fondée sur le principe des systèmes conventionnels de filtres à manches. Toutefois, les sacs filtrants utilisés sont faits d’acier inoxydable et résistent aux températures inférieures à 600° C. Le procédé Clinox rend donc possible le traitement des effluents gazeux provenant, notamment, des chaudières à écorces, des cimenteries et des usines du secteur métallurgique.

Les principales composantes de ce procédé de filtration sont :un déflecteur;

  • des sacs filtrants;
  • un système de décolmatage par inversion d’air comprimé;
  • des trémies d’évacuation des cendres et des particules;
  • une trappe d’accès pour l’inspection et le remplacement des sacs;
  • un système de contrôle du procédé de filtration.

Performances
Le procédé Clinox permet d’obtenir une concentration de poussière inférieure à 50 mg/Nm3 à la sortie de la cheminée (concentration sèche corrigée à 8 % d’oxygène). Il présente, de plus, les caractéristiques suivantes :

  •  l’investissement nécessaire à sa mise en place est moindre que pour les systèmes d’électrofiltres conventionnels ;
  • aucun rejet liquide n’est généré     le tout est facile à opérer grâce au système de contrôle du procédé;
  • les sacs filtrants sont durables (4 à 7 ans) ;
  • la vitesse de filtration des émissions gazeuses est de l’ordre de 1,8 m/min.

Limites d’application
La température des gaz pouvant être filtrés par ce procédé ne doit pas dépasser 600 °C. Quant à la vitesse de filtration, elle ne peut excéder 3,0 m/min.

Installation et fonctionnement

Installation d’un depoussiereur prototype de 225 m3/min a Mont-LaurierL’effluent gazeux à traiter est tout d’abord admis dans un compartiment où un déflecteur assure la première phase de la filtration. Les plus grosses particules sont alors interceptées et acheminées vers un trémie d’évacuation située à la base du déflecteur. Le flux d’air traverse ensuite les sacs filtrants en tissu d’acier inoxydable qui récupèrent les particules fines.

Un système de décolmatage par jet d’air pulsé permet de nettoyer périodiquement les sacs. Un jet d’air propre traverse alors les sacs dans le sens contraire de l’effluent gazeux à traiter et les particules se détachent du tissu pour tomber dans une trémie. Un klaxon qui génère des ondes sonores à basse fréquence peut également être utilisé pour améliorer l’efficacité de décolmatage des sacs filtrants.

Enfin, une trappe d’accès permet de réaliser l’entretien du matériel, et un système de contrôle assure l’automatisation du procédé de filtration.

Les dimensions d’un dépoussiéreur à sacs en acier inoxydable Clinox sont fonction du débit d’air à traiter, du type de particules et de la température. À titre d’exemple, un dépoussiéreur Clinox d’une capacité d’environ 850 m3/min mesure de 3,7 m de large par 9,1 m de long et 12,2 m de haut.

Coûts
Les coûts d’installation et d’opération d’un dépoussiéreur à sacs en acier inoxydable Clinox varient selon le débit d’air à traiter. Toutefois, de façon générale, les coûts à prévoir pour l’achat et l’installation du système sont de 350 $ par m3/min d’air à traiter et, pour l’opération, de 25 $/m3/min/année.

Information supplémentaire
Le procédé Clinox a été mis à l’essai à l’usine de Stone Consolidated, à Ville de La Baie, à l’usine de Wayagamack de Stone-Consolidated, à Trois-Rivières, à l’usine d’Uniboard, à Mont-Laurier, ainsi qu’à l’usine

Salmon Falls Stoneware, aux USA. Des essais supplémentaires sont prévus en 1996 à Mont-Laurier afin d’établir les paramètres de conception d’une unité industrielle en vue de la commercialisation du procédé.

La mise au point du dépoussiéreur à sacs en acier inoxydable Clinox a, depuis cinq ans, nécessité un investissement d’un million de dollars. Le développement de cette technologie a été réalisé avec la participation de l’Université Laval et grâce au soutien financier du ministère de l’Environnement du Québec, de Ressources Naturelles Canada, ainsi que du ministère des Ressources naturelles du Québec.

Contacts

Biothermica Technologies inc.
M. Sylvain Coulombe, directeur ingénierie
426, rue Sherbrooke Est
Montréal, Québec, H2L 1J6

Téléphone :    (514) 488-3881
Télécopieur :    (514) 488-3125
Courriel :    sylvain.coulombe@biothermica.com
Site Internet :    http://www.biothermica.com