• Enviro-accs
  • Enviro-accs
  • Enviro-accs
  • Enviro-accs
  • Enviro-accs
  • Enviro-accs
  • Enviro-accs
  • Enviro-accs
  • Enviro-accs
  • Enviro-accs
  • Enviro-accs
  • Enviro-accs

Site d’enfouissement technique – Cintec Environnement Inc.

Español
La gestion des déchets solides représente l’un des défis les plus importants de nos grandes sociétés urbaines et industrielles. Si l’enfouissement sanitaire des déchets produits par la population, les institutions publiques et privées, les commerces et les industries est pratique courante dans les pays industrialisés, cette dernière est à peine amorcée dans les pays en développement.

De vastes quantités de déchets y sont encore gérées de façon inadéquate, dans des décharges incontrôlées et en l’absence de préoccupations environnementales et sociales, des pratiques qui :

  • constituent un danger pour la santé publique;
  • représentent une menace à la qualité de l’environnement en raison de la contamination des sources d’eau potable, de l’air ambiant et des sols;
  • compromettent le développement résidentiel et l’aménagement du territoire à proximité de ces sites;
  • entraînent le gaspillage des ressources renouvelables.

Fort d’une expérience de plus de quinze ans dans le domaine de l’enfouissement sécuritaire des sols contaminés, le Groupe Cintec a déjà exporté son savoir-faire dans certains pays en développement et est en voie de le faire dans d’autres, en y concevant et construisant des sites d’enfouissement techniques adaptés aux conditions environnementales, économiques, sociales et réglementaires de chaque pays.


Nejapa, El Salvador


  »El Guayabal », Venezuela

Description de la technologie 
Un site d’enfouissement technique permet la disposition finale des déchets solides de façon sécuritaire en minimisant les impacts sur l’environnement. La conception des sites d’enfouissement du Groupe Cintec est à la fine pointe de la technologie actuellement disponible et les matériaux utilisés pour la construction ont démontré leur stabilité à long terme.

Les déchets sont étendus en minces couches dans des cellules étanches où ils sont nivelés, compactés et recouverts périodiquement avec de la terre ou un autre matériel inerte. L’aménagement de fossés tout autour du site permet de dévier les eaux de surface avant qu’elles entrent en contact avec les déchets. Quant à l’eau de pluie qui s’infiltre dans ces derniers, elle se mêle aux contaminants et s’ajoute au lixiviat, lequel est collecté à la base des cellules et acheminé vers des lagunes de traitement. Après quelques années, la décomposition de la partie biodégradable des déchets produit le biogaz. Il est capté par un réseau de puits installés sur toute la surface du site et brûlé ou transformé en énergie.

Une fois leur capacité maximale atteinte, on procède à la fermeture des cellules, en installant un recouvrement favorisant l’apparition d’une végétation. Pendant l’exploitation et après la fermeture des cellules, on applique un programme de suivi environnemental, afin de vérifier la qualité des eaux de surface et souterraines, la qualité de l’air, le niveau du bruit et l’efficacité des systèmes de traitement du lixiviat et d’élimination des biogaz.

Visionner la version pdf

Performances
L’utilisation de ce processus de disposition finale des déchets comporte des avantages notoires. C’est une méthode d’élimination définitive dont l’investissement initial et les coûts d’opération sont peu élevés comparativement à d’autres modes d’élimination tels que l’incinération.

L’utilisation de géomembranes dans la construction des cellules assure une imperméabilité, évitant ainsi toute contamination possible du sol ainsi que des eaux superficielles et souterraines. Le recouvrement régulier des déchets permet de contrer les odeurs et d’empêcher la prolifération de vermine, diminuant ainsi les risques de propagation de maladies infectueuses.

En plus du réseau de collecte et des installations de traitement du lixiviat, le Groupe Cintec y incorpore un système de recirculation du lixiviat ce qui facilite la compaction et accélère le processus de décomposition des déchets.

Les installations de captage et la possibilité de valorisation du biogaz montrent que les déchets ne sont pas que des résidus nuisibles mais peuvent devenir une ressource intéressante pour produire de l’énergie. Par exemple, une centrale thermique alimentée par le biogaz produit dans un site d’enfouissement contenant 35 millions de tonnes de déchets peut produire l’énergie électrique nécessaire à alimenter quelques 10,000 habitations.

Limites d’application
La construction de sites d’enfouissement techniques ne se réalise pas sans contraintes dont, notamment, celles qui suivent :

  • Dans les zones densément peuplées, la disponibilité de terrains aptes à l’enfouissement est souvent limitée, les sites d’enfouissement techniques nécessitant de grandes surfaces.
  • Les conditions topographiques, géotechniques et hydrogéologiques ainsi que les règlements d’urbanisme sont aussi des éléments contraignants pour le choix de la localisation d’un site. Par exemple, il est nécessaire de conserver une zone tampon entre le site et les résidences avoisinantes et des distances doivent également être respectées par rapport à des installations comme les aéroports, des sources d’eau potable ou des cours d’eau.
  • L’acceptation sociale pour la construction de ce type d’installation est souvent très difficile et parfois même impossible à obtenir.

Installation et fonctionnement
Les principales étapes d’aménagement des sites d’enfouissement techniques de Cintec nécessitent les opérations et les installations suivantes :

Études préliminaires
Les travaux de construction du site ne commencent que lorsqu’une étude hydrogéologique a permis de définir la localisation de la nappe phréatique, la profondeur, la perméabilité du sol et du roc, confirmant ainsi des conditions adéquates pour aménager le site et les cellules d’enfouissement qui en font partie.

 Cellules d’enfouissement
La construction des cellules implique de vastes volumes d’excavation et de remblais. Les pentes des parois et du fond des cellules sont exécutées avec précision et nivelées avec le plus grand soin pour que le système multicouche qui reposera sur ces surfaces soit efficace et ne soit pas endommagé.

  • Au fond de l’excavation on retrouve une couche d’argile compacté d’au moins 60 cm.
  • On y place une géomembrane imperméable en polyéthylène à haute densité (HDPE) de 1.5 mm d’épaisseur.
  • Sur toute sa surface, la géomembrane est recouverte d’un géotextile de protection.
  • Une couche drainante de gravier complète le système multicouche.

Les géomembranes sont fabriquées avec des matériaux reconnus pour leur étanchéité, leur haute résistance à une très grande variété de produits chimiques et leurs remarquables propriétés mécaniques. Afin d’éviter toute perforation ou soudure défectueuse, un programme d’assurance et contrôle de la qualité est mis en place lors de l’installation des géomembranes.

Collecte et traitement du lixiviat

Pour capter et éviter l’accumulation des eaux de lixiviation un réseau de tuyaux perforés est installé au fond des cellules. Les conduits sont faits de polyéthélène de haute densité (HDPE). Ces tubes sont disposés

dans les fossés et par la suite recouverts de pierre concassée et d’un géotextile de filtration pour minimiser les risques d’obstruction.

Les eaux de lixiviation sont emmagasinées et traitées dans des lagunes adjacentes au site d’enfouissement.

La décomposition des matières organiques contenues dans le lixiviat se fait grâce à l’activité bactérienne.

Des fertilisants à base de phosphore, azote et potassium sont ajoutés au lixiviat pour favoriser la croissance

bactérienne. Pour assurer un apport d’oxygène à ces bactéries, des aérateurs sont installés dans chacune des lagunes.

Après le traitement qui dure environ 45 jours, le lixiviat est désinfecté et l’eau peut alors être rejetée dans le réseau hydrographique local, être réutilisée pour l’arrosage des aires vertes, des routes ou pour faciliter la biodégradation et la compaction des déchets.

Réseau de drainage des eaux de surface

Les eaux pluviales sont interceptées avant qu’elles n’entrent en contact avec les déchets évitant ainsi qu’elles ne soient drainées dans les cellules d’enfouissement. Elles sont donc dirigées par des fossés et des conduites vers le réseau hydrographique local de telle sorte que les quantités des eaux de lixiviation durant l’exploitation de la cellule soient réduites au minimum.

Captage et valorisation du biogaz
Pour la collecte du biogaz, constitué principalement de méthane et de dioxyde de carbone, les sites d’enfouissement technique de Cintec sont pourvus d’un réseau de puits verticaux, régulièrement espacés à l’intérieur des cellules et prolongés jusqu’à la couche de recouvrement final. Ces puits sont connectés à des tuyaux horizontaux qui acheminent le biogaz à un poste de brûlage avec torchère ou de valorisation

énergétique, lorsqu’une telle installation est jugée rentable.

Contrôles des nuisances
Dans les sites d’enfouissement techniques, plusieurs mesures de contrôle existent afin de limiter les inconvénients pour les populations avoisinantes : aménagement de clôture pare-papiers autour du front de compaction des déchets, nettoyage régulier de la route d’accès et des abords du site, arrosage des routes de circulation pour limiter l’émission de poussière, opérations de fumigation pour limiter la prolifération d’insectes porteurs de germes de maladie.

Toit multicouche
Quand le niveau final d’exploitation d’une cellule est atteint, elle est recouverte d’un toit multicouche qui comprend :

  • une première couche de remblai de 30 cm;
  • une géomembrane;
  • une seconde couche de remblai;
  • une couche de terre organique afin de favoriser l’apparition de la végétation.

Guérite, bureaux administratifs et édifices utilitaires
Une guérite et une balance se trouvent à l’entrée du site. Tous les camions sont pesés et contrôlés avant le déchargement. Un système d’enregistrement informatisé des données est en place. Les bureaux administratifs et des édifices utilitaires, tel un entrepôt, un atelier, des aires de service pour les employés et un laboratoire font aussi partie du site d’enfouissement technique.


Suivi environnemental
L’objectif du programme est de s’assurer que les activités d’exploitation du site n’ont pas d’impacts négatifs sur l’environnement et la qualité de vie des populations avoisinantes. Le programme vise également à définir les correctifs à apporter si les résultats des contrôles périodiques ne rencontrent pas les paramètres de qualité qui ont été établis. Pendant l’exploitation et après la fermeture des cellules, le Groupe Cintec applique un programme de suivi environnemental afin de vérifier la qualité des eaux de surface et souterraines, la qualité de l’air, le niveau de bruit ainsi que l’efficacité des systèmes de traitement du lixiviat et de collecte des biogaz.

Coûts
La construction d’un site d’enfouissement technique requiert des investissements importants, ce qui implique généralement la nécessité d’une période d’exploitation minimale d’environ 20 ans.

En plus de la durée de la période d’exploitation, les coûts peuvent varier grandement en fonction du volume traité et des autres volets du plan de gestion intégrée dont le Groupe Cintec a la charge (collecte des déchets, construction / exploitation de centres de transfert et de tri, voies d’accès, programmes d’éducation / sensibilisation…).

Informations supplémentaires
Le Groupe Cintec possède toute l’expertise technique pour concevoir, construire et exploiter de tels sites d’enfouissement. Le Groupe Cintec peut également, si ces services sont requis dans les pays hôtes, construire sur l’emplacement même du site des installations pour le traitement des déchets bio-médicaux et une usine de cogénération d’électricité à partir des biogaz.

Le Groupe Cintec peut aussi s’impliquer dans tout ce qui touche l’aménagement des voies d’accès et des infrastructures, la fermeture et la réhabilitation des anciens dépotoirs, les études préliminaires et celles d’impacts environnementaux ainsi que les volets plus sociaux, qu’il s’agisse d’éducation/sensibilisation ou de réintégration sociale des personnes qui assuraient leur survie en triant les ressources des anciens dépotoirs.

Contacts

Cintec Environnement Inc.
LA DIRECTION GÉNÉRALE
5505 Irwin
Lasalle, Québec, H8N 1A1

Téléphone :    (514) 368-4861
Télécopieur :    (514) 368-4669
Courriel :    cintec1@cintec.ca
Site Internet :    www.cintec.ca