Enviro-accès: Profil d’entreprise régionale du mois chez Sherbrooke Innopole

Chaque mois, Sherbrooke Innopole choisit une entreprise impliquée de la région pour en faire son portrait et mieux la faire connaître auprès des gens du milieu. Enviro-accès est fière d’être le sujet du profil d’entreprise du mois de janvier 2015! Voici le profil publié par Sherbrooke Innopole sur son site internet:

Logo_petit

Enviro-accès, innovante de nature // Profil d’entreprise

Chaque mois, découvrez le profil d’une entreprise sherbrookoise…

Enviro-accès

Interventions-conseils en développement durable, experts et vérificateurs GES

  • Création : 1993
  • Nombre d’employés : 11
  • Bureaux : Sherbrooke (siège social) et Montréal
  • Clientèles cibles : PME // Grandes entreprises // Municipalités // Organisations gouvernementales, etc.

______________________________________________________________________________

Innover, évoluer, toujours chercher à se démarquer : c’est dans la nature d’Enviro-accès! Et c’est ce qui lui permet de s’imposer aujourd’hui comme leader – et pionnière – dans le domaine des services-conseils en matière de gaz à effet de serre (GES), une de ses sphères d’expertise.

L’entreprise sherbrookoise est en effet devenue en 2011 la première firme privée au Canada à obtenir l’accréditation du Conseil canadien des normes pour agir comme organisme de validation et de vérification de GES, selon la norme ISO 14065.

Une carte de taille dans l’offre de services d’Enviro-accès puisque depuis quelques années les grandes industries émettrices au Québec, en Ontario, en Alberta et en Colombie-Britannique – ex. mines, métaux, pâtes et papier, ciment, distributeurs de carburants – sont obligées de déclarer leurs émissions de GES, et de les faire vérifier.

En amont de ce rôle de vérification des émissions de GES déclarées, Enviro-accès propose aussi toute une gamme de services-conseils dans le domaine des GES : inventaire des émissions, stratégie et plan d’action de réduction, projets spécifiques de réduction des émissions – et toute la paperasse associée aux financements gouvernementaux disponibles! – préparation à l’audit carbone, empreinte carbone d’un produit/service, plan d’adaptation aux changements climatiques, stratégie de compensation, etc.

Savoir se réinventer  

Cette expertise GES, Enviro-accès la développe depuis le tournant des années 2000 – avant qu’une réelle vague de conscientisation et de réglementation déferle. Un virage visionnaire qui s’appuie aussi sur la feuille de route de l’entreprise et de sa fondatrice, Manon Laporte.

En action depuis plus de 20 ans, Enviro-accès a en effet dû réinventer son modèle d’affaires à plus d’une reprise dans un domaine – l’environnement – exposé aux conjonctures politiques et économiques. L’objectif : toujours être à la fine pointe des besoins du marché.

C’est ainsi qu’Enviro-accès, une entreprise privée à but non lucratif, a d’abord été un des trois centres canadiens pour l’avancement des technologies environnementales financés par Environnement Canada. Elle jouait alors les intermédiaires entre les petites et moyennes entreprises et les ressources financières et techniques nécessaires à la réalisation de leurs projets environnementaux ou à la commercialisation de technologies innovantes.

« Au fil de nos interventions et de notre travail avec des experts de domaines variés, certaines lacunes dans l’offre de services-conseils en développement durable nous étaient apparues à l’époque, entre autres en lien avec les GES. Nous avons décidé de les combler en développant l’expertise à l’interne, explique la présidente-directrice générale de l’entreprise. Bien que la disponibilité de ressources qualifiées se soit améliorée depuis, nos professionnels sont aujourd’hui parmi les plus expérimentés au Canada dans le domaine. »

Leur mission? La même qu’Enviro-accès poursuit depuis ses débuts : favoriser l’émergence de projets innovateurs qui contribuent à l’amélioration de la qualité de l’environnement et au développement durable en appuyant les organisations qui les mettent en œuvre.

Des diplômés CarboresponsableMC

Et les récompenser pour leurs efforts! Enviro-accès a en effet lancé en 2013 l’attestation CarboresponsableMC, qui reconnait la gestion responsable des émissions de GES d’une organisation ou d’un événement.

Deux niveaux peuvent être atteints : la reconnaissance de base et la reconnaissance de neutralité. La première atteste que l’organisation a réalisé un inventaire de ses émissions de GES et qu’elle a fourni des preuves tangibles d’initiatives pour les diminuer. La seconde est octroyée aux organisations qui, en plus, ont compensé leurs émissions.

Plus de 60 municipalités, MRC, organisations publiques, entreprises, établissements d’enseignement et événements au Québec – dont la Ville de Sherbrooke, l’Université Bishop’s, les Jeux d’été du Canada – Sherbrooke 2013 et Sherbrooke Innopole – ont décroché l’un ou l’autre des niveaux de reconnaissance CarboresponsableMC.

« En créant l’attestation CarboresponsableMC, nous voulions d’abord offrir aux organismes et entreprises un outil de communication efficace pour véhiculer, à l’externe, leur engagement dans la lutte aux changements climatiques. Nous constatons depuis que le certificat que nous décernons est une grande source de fierté à l’interne. La démarche rejoint une fibre environnementale que partage une proportion grandissante d’employés et autres personnes engagées dans l’organisation, peu importe le secteur. Ça devient un facteur de motivation, mais aussi d’attraction de nouveaux talents », souligne la femme d’affaires.

« Nous diffusons aussi les initiatives mises en place dans chacune des organisations attestées dans le but avoué d’en inspirer d’autres, et d’ainsi créer un effet d’entrainement positif! »

Simplicité + efficacité

Autre exemple d’innovation, celle-là à l’intention de la clientèle municipale : Accès GES, un logiciel de suivi des inventaires de GES. « C’est un outil unique, convivial et facile d’utilisation, et une suite logique à notre travail avec plus de 60 municipalités dans le cadre du programme gouvernemental Climat municipalités – qui incitait à la réalisation d’un inventaire de GES, d’un plan d’action pour les réduire et d’un plan d’adaptation aux changements climatiques », explique Manon Laporte, précisant que le programme est actuellement en révision.

En plus des services liés aux GES, Enviro-accès offre du soutien pour faciliter le développement de technologies propres. Concrètement, on parle de réaliser des études de marché, trouver du financement et des partenaires, planifier l’échéancier et le budget de réalisation de projets de démonstration précommerciale, etc.

Environnement : diagnostic québécois

En travaillant ainsi avec les promoteurs de nouvelles technologies, les gestionnaires municipaux et les dirigeants d’entreprise depuis 1993, Enviro-accès est un témoin – et un acteur – privilégié des avancées environnementales, autant dans les discours politiques et économiques que dans l’action.

Quel est donc le pouls de la situation actuellement? « Le Québec se positionne avantageusement devant les défis environnementaux, de dire Manon Laporte : on constate que la population est fortement sensibilisée aux questions environnementales; au Québec, nous avons la chance d’avoir une source d’énergie propre et renouvelable, l’hydroélectricité; un système de plafonnement et d’échange de droits d’émission (SPEDE) est en vigueur depuis 2013 et nous avons initié, conjointement avec la Californie, un marché du carbone que devraient joindre d’autres provinces et États – marché auquel sont soumis les secteurs du transport et de l’industrie, qui produisent 75 % des émissions de GES. »

Malgré tout, les entreprises qui décident sur une base volontaire de revoir leur stratégie d’entreprise et leurs procédés pour prendre en compte la composante environnementale restent encore marginales. « D’où l’importance d’instaurer des lois et règlements ou de leur offrir des incitatifs au changement, mentionne Manon Laporte. Ces incitatifs, financiers et/ou fiscaux, permettent de réduire les coûts ou les délais de retour sur les investissements, ce qui rend possible de faire adhérer un plus grand nombre en abaissant la barrière économique. Parallèlement, l’actualité nous montre que la mobilisation populaire peut aussi faire évoluer les choses. »

Surfer… en avant de la vague!  

Dans ce contexte social et réglementaire changeant, Enviro-accès vise invariablement à rester à l’avant-garde dans son offre de services. « Être les premiers à pouvoir répondre à la demande implique de toujours être un peu en avant de la prochaine vague. C’est stimulant; en même temps, ça demande une dose supplémentaire de vision et de persévérance pour réussir », témoigne Manon Laporte.

Bien établie et reconnue au Québec, Enviro-accès vise depuis quelques années à exporter son expertise ailleurs au Canada, à commencer par l’Ontario et l’Alberta, où des réglementations de déclaration et d’obligation de vérification des émissions de GES sont en place.

Pour y arriver, l’entreprise de Sherbrooke, qui possède aussi un bureau à Montréal, compte sur son équipe d’experts. Ceux-ci possèdent un solide parcours en sciences ou génie, auquel se greffe une formation complète sur la norme ISO 14064 qui guide le travail de quantification et de vérification dans le domaine des gaz à effet de serre. Certains détiennent en plus la certification Greenhouse Gas Inventory Quantifier (GHG-IQ) ou Greenhouse Gas Inventory Verifier (GHG-V) du Groupe CSA; si bien que ce dernier les recrute pour donner des formations aux autres professionnels intéressés à développer leur expertise dans le domaine des GES!

Les experts d’Enviro-accès sont habilités à intervenir dans une multitude de secteurs : métallurgie, pâtes et papiers, bois, agroalimentaire, textile, chimique, plastique, biocarburants, logistique, transport, services, etc.

Enviro-accès cumule une impressionnante liste de clients, allant de la grande entreprise industrielle à l’entreprise de services. En région, l’entreprise travaille, entre autres, avec Enerkem – depuis ses débuts! –, Domtar, Cascades et avec plusieurs institutions d’enseignement, dont le Cégep de Sherbrooke, l’Université Bishop’s et l’Université de Sherbrooke.

Source: Sherbrooke-Innopole.

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather