Comment améliorer sa gestion de l’énergie? Par où commencer?

Par Maude Lauzon-Gosselin, ing.

À la suite du dépôt du Rapport de consultation de la Commission sur les enjeux énergétiques du Québec en février dernier, plusieurs questions se posent quant à la gestion de l’énergie de notre province. Une chose est certaine, il faut améliorer notre efficacité énergétique. Les Québécois sont parmi les plus grands consommateurs d’énergie au monde avec l’équivalent de 15 litres d’essence par jour par personne[1]. Au cours des dernières années, le Québec a misé davantage dans la production (ex. éolien et hydroélectrique) que dans l’économie d’énergie alors qu’à l’échelle mondiale, c’était tout le contraire. Résultat, le Québec génère des surplus énergétiques et a du mal à les vendre à prix compétitif. Cela ne vient donc pas forcer les consommateurs à diminuer leur consommation puisqu’ils ont toujours accès à de l’énergie bon marché alors que d’autres pays eux, sont aux prises avec des déficits énergétiques et des coûts élevés.

Ainsi, les tendances à l’échelle mondiale sont davantage axées sur une meilleure maîtrise de l’énergie par l’utilisateur que sur l’amélioration de l’efficacité des équipements et des systèmes. C’est dans ce contexte que la norme ISO 50001 a vu le jour en 2011. Cette dernière encadre l’implantation et le maintien d’un système de gestion de l’énergie visant l’amélioration continue et globale de l’efficacité énergétique d’une organisation. Ce système permet de contrôler et de maintenir les acquis, tout en cherchant à optimiser les performances énergétiques. De plus, contrairement à d’autres normes régissant les systèmes de gestion d’énergie, la norme ISO 50001 touche à la fois aux activités techniques et de gestion. Elle est adaptée afin d’accomplir, entre autres, les tâches suivantes :

  • «aider les organisations à utiliser leurs actifs énergivores existants de façon plus judicieuse;
  • favoriser la transparence et faciliter la communication relative à la gestion des ressources énergétiques et à la promotion de l’efficacité énergétique d’un bout à l’autre de la chaîne logistique;
  • réduire les coûts énergétiques, les émissions de gaz à effet de serre (GES) et les autres répercussions environnementales. Les industries qui ont mis en œuvre et maintenu un système de gestion de l’énergie économisent en moyenne de 10 à 20 p. 100 d’énergie au cours des cinq premières années;
  • promouvoir les pratiques exemplaires et renforcer les bons comportements en matière de gestion de l’énergie;
  • aider les installations à évaluer et à prioriser l’adoption de nouvelles technologies éconergétiques.»[2]

Avec tous ces avantages, ce n’est donc pas étonnant que le nombre de certifications 50001 soit en forte croissance. En février 2014 seulement, plus de 1 600 sites ont obtenu la certification[3]. Si cette démarche vous intéresse, de l’aide financière existe au fédéral (écoÉnergie) et au provincial (Écoperformance). Lancez-vous dans la démarche dès maintenant et diminuez votre facture énergétique!

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather